intelligence émotionnelle

Amour et jeunesse…

Comment la jeune génération aborde-t-elle la question de l’amour aujourd’hui? Les codes ont-ils changé? Le séisme Metoo a-t-il eu des conséquences dans la manière dont les jeunes hommes abordent désormais la question de la séduction? Il convient en effet de savoir comment désormais repérer les limites entre drague et agression. Les scandales ont fait évoluer les relations hommes-femmes. Alors voyons comment la nouvelle génération de jeunes hommes gèrent les nouveaux codes amoureux.

Les codes amoureux de la nouvelle génération d’hommes

Comment décrypter les nouveaux codes amoureux de la génération ‘hashtag”,  jeunes hommes de 20 à 35 ans ? Depuis Metoo, surjouer la virilité est maintenant proscrit. Une certaine sensibilité peut même désormais être assumée. Ce séisme a dynamité les relations hommes-femmes obligeant la nouvelle génération d’homme à adapter ses comportements. Mais pas facile de tracer les contours d’une masculinité assumée quand on a grandi avec le mythe hybride du super-héro et quand on a effectué son éducation sexuelle avec les codes de la pornographie via internet où l’homme est viril et dominant alors que la femme y est montrée nymphomane et dominée.

Confrontés à la réalité, les jeunes hommes doivent apprendre à assumer autrement leur masculinité. Les formes du sexisme se renouvellent, en quête d’un nouveau mode de recherche de respect de la femme. On est actuellement dans une sorte de “zone de turbulence” dans laquelle les nouveaux usages ne se sont pas encore fixés. Une sorte de mutinerie contre la muflerie qui fait renaître une dimension de l’amour souvent oubliée qui tourne autour de l’égalité et du respect et qui rend l’étape de la séduction plus délicate. Séduire, c’est essayer de convaincre pour obtenir un consentement de l’autre. Le nouveau défi à relever va demander à la société une plus grande sensibilité morale.

Bien évidemment les profils restent très divers et l’évolution constatée n’est pas générale. Comme on le sait, la nouvelle génération s’exprime beaucoup sur les réseaux sociaux, où les tabous tombent. L’adultère, cette transgression de la règle affichée de relations exclusives, serait-il en voie d’essoufflement? C’est ainsi que nombre de jeunes hommes assument un profil précisant “couple non exclusif”. Là, on assume la tromperie, ou plutôt le rejet des relations exclusives. Plus de place pour le plaisir de la transgression ? En même temps, on constate qu’un nombre plus important de jeunes hommes sont attentifs au plaisir féminin. Et pour eux, afficher une certaine sensibilité n’a plus rien de ringard, certaines jeunes femmes trouvant même cela assez sexy. Mais la tendance est de tout annoncer avant, pour éviter les mauvaises surprises, ce qui supprime le charme du naturel de la relation. C’est ainsi que certains autres hommes commandent des relations sur internet, comme ils le feraient avec de la nourriture…

En conclusion, on peut dire que tiraillée entre la “youpornisation” de la société et le romantisme du traditionnel mythe du “conte de fée” , la nouvelle génération d’hommes moderne cherche sa façon d’aborder l’amour. Mais une question se pose : si l’on se place du point de vue féminin, l’évolution récente permet-t-il à l’homme de se rapprocher de l’image de l’idéal féminin : un subtil compromis entre virilité et sensibilité ?