intelligence émotionnelle

Se remettre d’une rupture amoureuse

Se remettre d’une rupture amoureuse est une question clé tant la plupart des couples aujourd’hui se sont formés en raison de liens amoureux. Y a-t-il des choses à faire pour alléger la souffrance ou faut-il laisser le temps faire son œuvre? Il s’agit de rendre la rupture moins difficile pour finalement tirer profit de l’expérience vécue. Une meilleure compréhension du phénomène de la rupture permet sans doute de mieux traverser l’épreuve et d’apprendre à mieux nous connaître.

Quitter ou être quitté?

La décision de la rupture est rarement prise d’un commun accord; dans la plupart du temps, on décide de quitter l’autre ou c’est l’autre qui prend l’initiative de la rupture. Dans tous les cas, le deuil de la relation est inévitable. Dans le premier cas, le deuil du couple est plus facile mais le processus de décision qui précède la séparation peut être déchirant et rempli de culpabilité, même s’il n’est pas rare qu’il soit suivi par un réel sentiment de soulagement. Dans le second cas, on subit la décision brutale de son compagnon de vie, de façon souvent inattendue. La rupture est un véritable choc qu’on n’a pas anticipé.

Les causes de la séparation

Les principales causes de rupture sont liées à la survenance d’événements imprévus et déstabilisants : maladies, infidélité, déménagements, perte d’emploi, problèmes personnels…

Mais la séparation peut également résulter d’une relation difficile ou insatisfaisante : mauvaise communication, peur de l’engagement, manque de plaisir à être ensemble, absence de soutien affectif, violence physique ou verbale, incapacité à surmonter une étape du développement conjugal (survenance d’un enfant) ou personnel (promotion professionnelle).

Les étapes de la rupture

La détresse ressentie après la rupture amoureuse ressemble à celle ressentie lors d’un deuil, d’où l’intérêt de connaître les étapes progressives du deuil pour se rassurer et rassurer son entourage :

le choc : on a l’impression de vivre un mauvais rêve, on a du mal à y croire, on va se réveiller…On se sent abattu et confus. Cette réaction est un réflexe de l’organisme qui bloque tout le système émotionnel. Il est préférable d’avoir quelqu’un à ses côtés pour être soutenu. A ce stade du processus de deuil, ne pas succomber à la tentation de prendre de grandes décisions ayant des effets à long terme (changer d’emploi, déménager, se réorienter professionnellement,…).

le déni et le retrait : On attend le retour du partenaire de vie : il va réaliser qu’il fait une erreur et revenir. Généralement, à ce stade les symptômes suivants sont courants : perte d’énergie, manque d’appétit, manque ou excès de sommeil, douleurs physiques, colère, sentiment de honte, envie de s’isoler.

– la reconnaissance et la douleur : période la plus longue et la plus pénible : on réalise qu’on a perdu un partenaire et un mode de vie; mais la reconnaissance de cette perte est nécessaire pour aller de l’avant. Il faut assumer cette période de tristesse. Il est préférable d’être entouré pendant cette phase difficile.

l’adaptation et le renouvellement : On commence à sortir la tête de l’eau et cette difficile épreuve peut devenir une expérience qui nous enrichit. On commence à cicatriser les blessures. C’est le moment idéal pour se lancer dans de nouveaux projets. Il faut accepter de partir à la recherche de nouvelles sources de satisfaction.