intelligence émotionnelle

DEVENIR ACTEUR DE SA VIE (5)

Poursuivons notre réflexion sur la façon de devenir acteur de sa vie en nous attachant aujourd’hui à la flexibilité de l’action : savoir s’engager mais aussi apprendre à s’arrêter quand c’est préférable. La flexibilité de l’action est très difficile à mettre en oeuvre chez les personnes à l’estime de soi fragile. Autant il est important de savoir s’engager, autant il est important de savoir se désengager en fonction de la tournure que prennent les événements. Or, les sujets à basse estime de soi sont généralement longs au démarrage mais lents au freinage…

L’adaptabilité de l’action pour être acteur de sa vie

On parle de “persévérance névrotique” : maintenant que je suis engagé, je dois absolument aller jusqu’au bout, coûte que coûte… Alors qu’il convient de se mettre dans une prédisposition de flexibilité mentale : capacité à renoncer au bout d’un moment quand on réalise que l’objectif ne va pas pouvoir être atteint ou à un coût déraisonnable, en terme de temps, d’énergie, d’argent, par rapport avec l’importance de l’investissement effectué.

Renoncer au bon moment nécessite lucidité et estime de soi : il faut s’estimer assez pour ne pas se sentir dévalorisé par l’arrêt, le changement d’avis… Les problèmes d’estime de soi sont d’ailleurs du pain béni pour les manipulateurs, notamment grâce au mécanisme selon lequel une fois le processus engagé, même si la personne sent qu’elle se trompe, elle n’ose pas revenir en arrière pour préserver son image sociale aux yeux d’autrui.

Difficile en elle-même, cette capacité à renoncer et à se désengager est encore plus difficile quand elle concerne des engagements pris devant autrui. C’est même un piège efficacement utilisé par les manipulateurs pour faire agir leurs victimes dans un sens contraire à leurs intérêts. Pour s’en prémunir, il faut, avant de s’engager, se donner le droit de se tromper, de s’arrêter, de changer d’avis, de décevoir ou d’arriver à un résultat imparfait. Faute de quoi, nous restons des proies potentielles pour des personnes malveillantes de notre entourage.

Un autre danger potentiel est la recherche de la perfection dans l’action. Ce sera le thème de notre prochaine réflexion, à la rentrée.