intelligence émotionnelle

DEVENIR ACTEUR DE SA VIE (2)

Poursuivons aujourd’hui notre réflexion sur la mise en action pour devenir ACTEUR DE SA VIE. Nous allons voir aujourd’hui que les évitements sont à proscrire car ils sapent l’estime de soi et ne nous apprennent rien sur nous tandis que l’action nous permet de grandir en expérience en en humilité.

Les désagréments de l’évitement

Curieusement, ne pas agir nous rendrait même orgueilleux car la non action entretient l’illusion que, si nous nous étions donné la peine, nous aurions peut-être connu le succès. Mais ce n’est qu’une illusion dangereuse et mensongère. Elle explique certains discours étonnants de personnes en manque de confiance, en échec social mais vivant dans l’illusion de leurs grandes capacités : “Si seulement la vie était moins dure, les gens moins injustes, on saurait reconnaître leur vraie valeur…” Ce type de raisonnement ne pousse pas à l’action et vient creuser le décalage entre croyance en son excellence et constat de la médiocrité du quotidien. Jusqu’au moment où le gouffre est si grand qu’un lucide désespoir teinté d’amertume s’installe plus ou moins consciemment. L’évitement ne fait que nous renvoyer à nous-même, qu’à des choses que l’on sait déjà. Seule la confrontation à la réalité nous permet de nous instruite, parfois malheureusement dans la douleur… Seule l’action nous permet de nous confronter et de nous faire grandir, l’évitement nous entretenant dans l’illusion et/ou une certaine méconnaissance de nous-même.

Les différentes manifestations de l’évitement

Agir et tirer les leçons de son action représente ce que l’on peut faire de mieux en terme d’estime de soi. D’où l’intérêt de passer à l’action après la réflexion et de repasser encore à l’action en tenant compte des leçons tirées de ses expériences passées. Mais en quoi consistent exactement les stratégies d’évitement ? En fait, il existe deux types d’évitement :

  • Ne pas agir : attitude typique des personnes en manque de confiance et des profils à haute estime de soi fragile. On ne peut ici tirer aucune leçon de l’action puisqu’il n’y a pas d’action. On ne peut donc que réfléchir sur ce qui se serait passé si…. Cela favorise les certitudes négatives et aboutit souvent aux réponses telles que : “J’ai bien fait de ne pas avoir tenté…, ça se serait certainement mal passé…”
  • Agir sans en tirer les enseignements : Attitude courant chez les profils à haute estime de soi (instable) dont la défense classique contre les échecs consiste à ne pas s’en attribuer la responsabilité ou en minimiser la portée. En cas de réussite en revanche, c’est entièrement grâce à eux et sans aucune part de chance car devoir exprimer de la gratitude est perçu par ces profils comme une diminution de la part du succès personnel. Mais ne pas reconnaître la part des autres ou de la chance a précisément pour effet de rendre leur estime de soi encore plus fragile…
Nous poursuivons prochainement notre réflexion en nous intéressant à l’intelligence de l’action