intelligence émotionnelle

DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (8)

Poursuivons notre réflexion sur l’intérêt de développer son intelligence émotionnelle. On a parfois le sentiment d’être prisonnier de ses expériences émotionnelles passées qui continuent à hanter notre présent. Alors comment se débarrasser de ce boulet qui nous poursuit et révèle à notre insu cette part sombre de notre personnalité qu’on souhaiterait pourtant cacher ? Cela passe par la libération des émotions. Il convient dans un premier temps de … 

Identifier ses filtres de perception

Je perçois les événements, les personnes et les situations à travers trois types de filtre de perception : mentaux, émotionnels et corporels.

  • Mes filtres mentaux  : mes systèmes de croyances ;
  • Mes filtres émotionnels : mes systèmes de protection affectifs (qui me protègent d’une souffrance néfaste pour moi) ;
  • Mes filtres corporels : mon système organique et archaïque, qui influence mes émotions et mes croyances.

Quand je cherche à cerner ma propre personnalité, je crois pouvoir la définir rationnellement et ainsi me circonscrire à un état figé. Mais c’est comme si je limitais ma personnalité à l’image d’un film alors que je suis tout le film… Cette mécanique se met également en place inconsciemment quand je fais la connaissance d’une nouvelle personne. Mon premier réflexe consiste à essayer de cerner sa personnalité en l’enfermant dans une étiquette politique, professionnelle, sociale, religieuse, culturelle… Je concentre ainsi mon attention sur son comportement, son allure, la façon dont elle est habillée, les mots qu’elle emploie pour s’exprimer, les catégories sociales dont elle semble dépendre…

Si je veux développer mon intelligence émotionnelle, je vais devoir changer de logiciel. Je vais cesser de mettre les personnes et les comportements dans des catégories prédéfinies. Je vais au contraire porter mon attention sur ce que je ressens en sa présence sans jugement ou à priori aucun : mon état émotionnel naturel en sa présence s’apparente-il à un bien-être, à une gêne ou à une indifférence ? En fonction uniquement de ce ressenti naturel, je vais être attentif à centrer mon attention sur ce qui se passe en moi d’un point de vue émotionnel et également être attentif à ce qui peut se passer chez l’autre à mon contact. Sans méfiance, mais non sans vigilance.

Nous verrons prochainement comment perdre ses anciens réflexes pour en acquérir de nouveaux.