intelligence émotionnelle

DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (30)

Poursuivons notre réflexion à propos de l’intelligence émotionnelle en nous attachant aujourd’hui à cultiver au quotidien une manière d’appréhender la vie de façon résolument optimiste. Cette intelligence que je découvre chaque jour un peu plus en unifiant mes différentes sources d’intelligence et qui n’arrête pas de se déployer en moi, me chuchote des vérités à l’oreille, sans que je ne m’en rende compte, me donne des informations précieuses, des réponses à ma conscience pour élargir toujours plus mon intelligence. Je prends conscience jour après jour de l’ampleur de ma faculté d’évolution et de progression.

Apprendre à vivre de façon résolument optimiste

Je peux demander à ma vie de répondre à mon vœu le plus cher, de me permettre d’atteindre mon but le plus ambitieux. L’optimisme est une invitation à améliorer chaque jour un peu plus ma réalité. A regarder avec confiance ce que je convoite en ayant la conviction que je l’aurai un jour, quand le temps sera venu et sans manifester aucune impatience. Comment progresser ? En me demandant, dans ma réalité actuelle, quelles sont les parties de ma personnalité qui ne sont pas cohérentes avec les autres, comme déconnectées de mes valeurs. Si je suis déjà dans un état de sérénité, cela signifie que je suis aligné : je prends alors conscience de ma chance, je l’apprécie à sa juste valeur, j’en suis reconnaissant et je la vis pleinement. Si quelque chose me gêne en revanche, je fais ce travail interne d’introspection pour chercher et découvrir l’élément d’incohérence en moi pour y renoncer. Je prends conscience que j’aspire à un autre état de conscience de ma réalité pour accepter et vivre intensément ma véritable réalité où il n’y aura plus aucune opposition entre ce que je vis et ce que je souhaite.

Je vais prendre le temps de vivre intérieurement ce que je veux vivre extérieurement, dans mon environnement quotidien. Je m’interroge sur la façon dont je dois vivre pour pouvoir intégrer ces conditions de vie optimales auxquelles j’aspire. Pour m’entourer des bonnes personnes, je vais être attentif aux émotions et aux sensations que je ressens en leur présence. Progressivement, mon intuition saura me guider vers les bonnes personnes et me faire éloigner des personnes qui ne partagent pas mes valeurs et avec qui je ne pourrai pas progresser. J’aurai en effet atteint un état de pleine conscience qui saura m’aider à faire les bons choix, au moment voulu et sans jugement de valeur. Je procéderai de façon identique au fur et à mesure de ma libération et de ma progression.

Optimiser ma vie, c’est ainsi influencer chaque séquence de vie en acceptant, sincèrement et profondément, avec spontanéité et sans jugement ni amertume, ce qui se passe. Développer ses compétences dans n’importe quelle situation de la vie, ce n’est pas essayer de les maîtriser c’est les vivre intensément, en pleine conscience, pour en tirer le meilleur parti. C’est s’affranchir de la peur pour ne plus s’imposer cette nécessité d’écarter ce qui nous dérange ou de le contenir s’il s’agit d’une chose qui s’impose à nous. C’est accepter d’être simplement soi-même, en toute simplicité et en toute humilité. Accepter de ne rien avoir à dire quand il n’y a rien à dire; de ne rien avoir à faire quand on se sait pas quoi faire. C’est accepter sa part de faiblesse et d’impuissance. C’est accepter d’être influencé par la tristesse ou la joie de quelqu’un d’autre, en vivant intensément l’émotion, sans se poser de question sur la réaction qu’on attend de nous ou sur ce qu’on est sensé faire, tout en étant intimement convaincu que le meilleur reste à venir.

En fait, l’intelligence émotionnelle est une posture de vie, non une technique, accessible à tous. Chacun peut se l’approprier, quels que soient son niveau d’éducation ou de revenu, son âge, sa culture… Elle donne un accès direct à soi-même, sans intermédiaire, à chaque instant de sa vie. C’est une école de libération qui nous dispense de cette injonction de devoir tout contrôler. Il suffit d’être présent à ses émotions, d’en tenir compte, de les écouter, de les interroger, de leur donner véritablement la parole, au lieu d’en être gêné, d’essayer de les contrôler, ce qui est purement impossible. Une émotion existe pour être vécue. Si on la refuse, elle crée en nous un blocage qui va grandir en nous et nous empoisonner la vie. Si je ferme une porte, elle se manifestera par une autre, jusqu’à ce que son énergie se soit émancipée. Se libérer, c’est se connecter à son intelligence émotionnelle pour libérer les émotions rejetées, conservées et ignorées. Chaque émotion contrôlée va réduire mes compétences émotionnelles. En la libérant, j’augmente mon potentiel de vie et de présence à moi et aux autres. Ce travail de libération permet de réconcilier ce qui a été segmenté par nos conditionnements éducatifs, familiaux et sociaux. La libération de l’émotion va souvent se manifester physiquement car l’émotion est autant présente dans notre cerveau que dans notre corps.

Prochainement, nous verrons comment l’intelligence émotionnelle peut nous aider à gérer une situation de crise.