divorce

DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (26)

L’intelligence émotionnelle permet de développer sa confiance en soi. Cela passe par cultiver son optimisme, cette aptitude à garder confiance dans l’avenir, véritable chemin vers le bonheur. Comment s’y prendre ? En explorant sa vie dans toute sa richesse, sa complexité, son harmonie mais aussi en se confrontant à toutes ses difficultés, dans le même esprit d’appréciation et d’équilibre en évitant une vision manichéenne : il ne s’agit pas d’opposer mensonge et vérité, beauté et laideur, bien et mal. Cultiver son optimisme, c’est se détacher d’une approche binaire pour entrer dans le domaine de la complexité.

Assumer ses choix, quels qu’ils soient

Si je décide de repartir sur de nouvelles bases, je vais progressivement faire table rase de ce que je connais et regarder le monde avec un regard d’enfant qui découvre un nouvel univers sensoriel, émotionnel, cognitif et intuitif. S’il se présente une expérience désagréable dans mon existence, je ne vais pas l’éviter mais l’accueillir comme une information importante. Puis je vais choisir en toute conscience ce que je vais en faire, ce que je veux en apprendre. De même, si je juge une pratique de ma vie que je considère comme mauvaise mais qui se répète inlassablement malgré moi, cela signifie qu’elle s’explique par quelque chose de plus profond que j’ai besoin de comprendre.

Lâcher prise au quotidien

Lorsque j’entends un bruit désagréable, quand je vois des images ou vis des événements qui m’agressent, cela va me permettre une prise de conscience. Je vais rester proche de mon ressenti, entrer directement en contact avec lui et accueillir toute la complexité de l’instant tel qu’il se manifeste à moi. Lorsqu’un ami ne répond pas à ma sollicitation alors que j’ai besoin de lui, je suis en proie à la déception, à la tristesse, voire à la colère.

Ces émotions m’apprennent mon degré de dépendance. Je vais dialoguer avec cette partie de moi qui souffre jusqu’à ce que je m’aperçoive que je peux écouter, accueillir et même dialoguer avec cette part de ma personnalité pour la soulager.  Si j’en ai l’occasion, je peux partager avec cet ami ce que j’ai pu ainsi découvrir sur moi. Libérée de ce fardeau relationnel, cette part de moi qui était en souffrance retrouve peu à peu davantage de légèreté.

Nous poursuivons prochainement notre réflexion en apprenant à regarder notre existence à travers cette nouvelle intelligence unifiée.