intelligence émotionnelle

DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (23)

Poursuivons notre réflexion à propos de l’intelligence émotionnelle en nous intéressant aujourd’hui à notre capacité d’influence sur notre propre vie. Développer son intelligence émotionnelle invite à un travail d’introspection sur ce que je veux être en tant que personne et sur ce que j’ai envie de devenir. La première question pour acquérir sa propre autonomie est de se demander si on ne reproduit pas inconsciemment le désir d’une personne influente (parent, éducateur…) à travers nos pensées et nos convictions. On a également intérêt à relier ce qu’on aime à ses compétences pour en faire des pôles d’excellence. Ces questionnements sont incontournables avant de prendre une nouvelle orientation professionnelle, ou même personnelle. Si je me sens cohérent avec moi-même, j’ai déjà entrepris la majeure partie du travail de mon autonomisation. Il s’agit d’exprimer à travers mon nouveau projet la personne que je suis vraiment, libre de ses choix, de ses ambitions et capable de construire sa vie en toute conscience.

Connaître ses talents pour ne pas se tromper de chemin

Je choisis ce qui m’influence en toute conscience pour éviter d’aller dans une direction qui ne me convient pas, ou dans laquelle j’ai peu de chance de réussir. J’estime à quel degré mes croyances en mes compétences sont cohérentes par rapport à mes aspirations. Je pars à la découverte de mes passions. La confiance en moi est directement liée à la connaissance que j’ai de moi-même. Ce travail de quête d’authenticité va me permettre de renforcer ma confiance et de donner du sens à ma vie en me prémunissant de bien des dangers.

Je vais me laisser guider par mon ressenti intérieur pour mener à bien les différentes étapes de mon cheminement et en prendre pleinement la responsabilité. Si mon choix de vie n’est pas spontané mais le corollaire d’un choix familial, je risque de ne pas m’épanouir et d’avoir une vie morose. En apprenant à connaître ma propre personnalité, je prends le contrôle de ma vie. Mon instinct est au service de mon individualité. Je prends l’habitude d’écouter ce qui survient spontanément et je l’applique à ma vie en commençant par les petits événements du quotidien. Au fur et à mesure de mon entrainement, j’en tire profit pour des choses plus importantes de ma vie.

Entraîner sa flexibilité

S’engager sur sa propre voie demande un entrainement pour s’adapter aux événements et aux personnes qui vont jalonner ma vie. Ma flexibilité sera d’autant plus grande si je prends en compte la personnalité de ceux qui m’accompagnement dans mon projet et si je suis réceptif aux signes intérieurs et extérieurs. Ces signes peuvent être des intuitions ou des sensations : des informations qui viennent à moi spontanément, qu’elles soient surprenantes, déstabilisantes, enthousiasmantes ou même parfois insensées. Je prends l’habitude de les prendre en considération pour prendre mes décisions, ce qui me permettra de mieux m’adapter aux circonstances.

Ce cheminement me demande d’envisager l’aspect profond des expériences et de discerner en quoi une difficulté peut m’aider à atteindre mon objectif. J’assimile mon environnement pour le mettre au service de ms ambitions. Je garde le cap en m’appuyant sur les barrières, les murs, les obstacles qui se dressent sur mon chemin. Non seulement je ne me décourage pas mais je vais même être reconnaissant vis à vis des circonstances ou des personnes qui m’ont contrarié ou ont pu s’opposer à la réussite de mon projet.

Nous poursuivrons prochainement notre réflexion en nous intéressant à deux éléments clé de la réussite : identifier ses talents et s’enrichir du point de vue des autres.