intelligence émotionnelle

DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (16)

Depuis un mois et demi que nous nous attelons à développer notre intelligence émotionnelle, je vous propose un bilan d’étape. Il prendra la forme de conseils de vie et d’un témoignage pour prendre conscience de ce qu’apporte concrètement le développement de l’intelligence émotionnelle.

Améliorer son hygiène de vie

Il convient d’avoir une approche pluri-disciplinaire consistant à adopter une activité quotidienne ou hebdomadaire, selon ses possibilités, dans différents domaines :

  • activité physique : Prendre un temps pour entretenir son corps, le mobiliser, assouplir ses articulations sans oublier de reporter son attention sur les émotions ressenties pendant la pratique de l’activité sportive
  • activité intuitive : Prendre 10 minutes par jour, au lever ou au coucher, pour écouter sa respiration et/ou être présent à ce qui nous arrive; observer ses sensations, ses émotions et ses pensées; s’entraîner à différencier pensée et intuition, garder présent à l’esprit les intuitions qu’on a ressenties
  • activité cognitive : Stimuler son intellect quotidiennement, par exemple en lisant et/ou en apprenant quelque chose de nouveau, pratiquer une nouvelle langue, s’entraîner à retenir les paroles d’une chanson, d’un poème, de citations d’auteur… Cela va rendre mon esprit plus vif et plus curieux.
  • activités émotionnelles : Rester attentif aux émotions ressenties à tout moment de la journée et spécialement à l’occasion de pratique d’activités artistiques; prendre une minute spécialement pour observer son état émotionnel sans chercher de résultat particulier.
  • hygiène de vie : Prendre soin de soi, être bienveillant avec soi-même, bien s’alimenter en quantité et en qualité, se ménager un temps de récupération raisonnable (8 heures de sommeil idéalement), repérer et éviter des situations de stress intense, apprendre à se connaître pour aménager sa vie selon ce qui est bon pour soi.

Devenir plus intelligent et plus serein; donner de l’authenticité et du sens à sa vie

Avant de m’intéresser à l’intelligence émotionnelle, j’avais peur des conséquences à dire ce que je ressentais. J’avais peur à la fois de la réaction des autres et également d’affronter l’inconnu qui s’ouvrait à moi en exprimant mes émotions. A présent, j’ose exprimer ce que je ressens. J’apprécie d’être en relation avec l’autre non seulement par la parole mais également par cette sensibilité qui passe entre nous. Dépasser le niveau intellectuel pour aller dans le niveau émotionnel. J’ai appris à voir les émotions comme un signal auquel je suis attentif : l’émotion joue un rôle de révélateur d’information si on la questionne et si on dialogue avec elle. Sinon, elle devient gênante et on la garde alors enfouie avec le risque qu’elle ressorte à un moment inattendu (et parfois inopportun) et généralement de manière amplifiée, maladroite et gênante.

Au fond, une émotion est source d’inconnu mais surtout de connaissance, lorsqu’elle n’est pas refoulée mais accueillie, entendue et libérée. L’émotion fait naître quelque chose de nouveau grâce à cette nouvelle relation que je crée entre l’émotion et moi. Je me libère en même temps que je libère l’émotion. Cette intelligence nous permet de prendre de la distance dans notre vie quotidienne par rapport à tous les événements inappropriés que nous vivons, d’instaurer un sas de mise à distance de la situation vécue pour ne plus être contraint de réagir au premier degré. Je suis devenu plus intelligent et ma vie est plus sereine. J’ai intégré un nouveau savoir et la capacité à créer moi-même ce savoir. J’ai gagné en cohérence entre l’information cognitive et l’information émotionnelle, ce qui donne de l’authenticité et du sens à ma vie.