intelligence émotionnelle

APPROFONDIR SES COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES (1)

Après une première série d’article consacrée depuis l’été à la découverte de l’intelligence émotionnelle, nous entamons aujourd’hui une nouvelle série consacrée à l’approfondissement de cette notion complexe afin de nous permettre de mieux nous familiariser avec elle et de l’intégrer naturellement et quotidiennement à notre intelligence cognitive.  Nous allons ainsi nous atteler à

Transformer nos émotions en compétence

Formidables moteurs pour l’action, les émotions ne doivent ni nous être étrangères, ni nous déborder mais au contraire nous guider pour développer notre créativité et notre capacité relationnelle. Cette nouvelle série d’article va s’atteler à nous permettre de mieux utiliser notre potentiel d’intelligence émotionnelle afin d’en faire une réelle compétence en tant que telle. Comment ? En prenant davantage conscience de notre intelligence émotionnelle, en la pratiquant au quotidien, en la reliant à nos actions et à nos décisions, en intégrant une nouvelle posture de vie dans notre manière d’être et de penser au quotidien, en faisant de notre intelligence émotionnelle le partenaire indispensable de notre intelligence au quotidien.

Au fil de ses articles, je vais m’exprimer à partir de diverses parties de moi-même, non pas  avec la posture de celui qui sait mais plutôt avec celle de celui qui expérimente et découvre au fil du temps le chemin de vérité, avec la conviction que le sens est présent dans chaque situation, chaque expérience, chaque instant de vie. Je vais m’exprimer de façon pédagogique, avec curiosité et intuition. Je vais notamment partager avec vous des réponses que j’expérimente régulièrement avec mes clients que j’accompagne sur le chemin de leur divorce. A travers ces lignes, je m’adresse aussi à eux, dans leurs difficultés actuelles, dans leur quête de sens, mais aussi dans leur plaisir à découvrir et explorer leur intelligence émotionnelle, à la stimuler, à l’éprouver, à l’approfondir, à l’utiliser, à la remercier.

J’incarne ce que je dis en acceptant d’être à la fois un sachant et un apprenant, en acceptant de découvrir avec vous, en même temps que vous, en sachant aussi que notre perception du monde est toute relative, emprunte de notre histoire, de notre culture, de nos perceptions intimes. Je prends le risque de ne pas être compris, de déranger, d’être différent, d’être libre… J’exprime ma différence en ce qu’elle n’est qu’un aspect de ma rencontre avec celui avec qui j’échange, que notre recherche est la même avec une différence d’espace, de temps et de croyance. Je sais que ma perception n’est qu’un aspect d’une vérité bien plus vaste, plus profonde, plus complexe. Ces lignes vont parler de ce que je comprends, de ce que j’apprends, de ce que je perçois et qui n’a vocation à s’imposer à quiconque.

L’intelligence émotionnelle me parait progressivement accessible à travers les axes de progression que sont le “quoi” (les émotions), le “comment” (les compétences émotionnelles) et le “pourquoi” (le sens que nous donnons à nos actes et à notre vie). Mes émotions et mes sensations m’apportent chaque jour des informations sur ce que je vis en ce moment, ce que j’éprouve, ce dont j’ai besoin et comment je peux y répondre en liberté. Mes compétences émotionnelles me suggèrent des angles de vue, des aspects, des orientations pour me connaître, me construire, me développer, me transformer, pour être présent, pour vivre pleinement ma relation à moi et aux autres, pour penser et agir en conformité avec mes valeurs actuelles et en en assumant pleinement la responsabilité, pour découvrir, assumer et dépasser mes blessures et mes limites, pour partager mon expérience et la mettre au service de mes lecteurs et de mes clients, au service de l’autonomie de chacun, de celui qui s’interroge, se cherche et se trouve. Le sens m’invite à donner une direction à mon activité et à ma vie, pour apprendre que mon intelligence ne s’exprime pas seulement au niveau du mental mais également au niveau de mes émotions et dans mon corps (par mes sensations); que je peux me questionner et écouter mon intelligence s’exprimer; qu’il n’y pas de moment plus propice qu’un autre pour mobiliser mon intelligence émotionnelle.