intelligence émotionnelle

APPRENDRE A MAITRISER SES EMOTIONS

Notre monde occidental nous pousse à surdévelopper nos capacités intellectuelles cognitives sans mesurer l’importance de la partie émotionnelle de notre intelligence. Or nous avons ces deux dimensions et chacune d’entre elle est nécessaire à notre réalisation personnelle et professionnelle. D’où l’intérêt pour chacun de s’attacher à développer son intuition, sa pensée, ses sentiments et ses sensations. Et quoi de mieux pour y parvenir que de s’intéresser à …. l’intelligence émotionnelle ! De même notre société met trop en avant l’avoir, notre réussite sociale et matérielle, au détriment de l’être, notre épanouissement à travers notre accomplissement personnel, au service de nous-même et des autres. Or, plus une personne réalise une activité proche de sa singularité, de ses talents et de son unicité, plus elle pourra dégager une présence forte et une sérénité par un juste équilibre entre ses capacités cognitives et émotionnelles.

Maîtriser ou contrôler des émotions ?

L’école serait-elle en train d’évoluer? Une prise de conscience semble s’amorcer. On attache moins d’importance à l’accumulation des connaissances (dont l’accès s’est considérablement développé avec internet) et d’avantage à notre part créative, intuitive, voire même affective. L’intelligence émotionnelle ne commencerait-elle pas à être reconnue comme un facteur essentiel d’adaptation à la complexité croissante des organisations?

Mais il y a confusion entre maîtrise et contrôle des émotions. Maîtriser ses émotions nécessite au préalable de passer par plusieurs étapes tandis que contrôler ses émotions signifie vouloir les retenir à tout prix, les refouler ou les ignorer. Or c’est bien souvent ce que nous faisons par réflexe alors que c’est précisément ce qu’il ne faut pas faire car ces attitudes inappropriées nous coupent de notre intelligence émotionnelle naturelle. Maîtriser ses émotions, c’est au contraire commencer par apprendre à les observer attentivement et systématiquement au fur et à mesure que nos contextes de vie les provoquent.

Ainsi, quand nous décrivons l’environnement dans lequel nous éprouvons une émotion, nous décrivons ce qui se passe à l’intérieur de nous et ce que nous éprouvons pour extérioriser l’émotion : les mots, les pensées, les images que nous mettons sur les émotions que nous vivons. Une émotion a pour but de libérer une tension. En observant ce qui se passe en nous dans un environnement donné, nous parvenons à mieux maîtriser nos émotions. Il faut ensuite remplacer ce que nous n’avons pas apprécié, comme une émotion de tristesse, de colère ou de dépit. Pour y parvenir de façon à reconstruire progressivement notre schéma de pensée, il nous faut visualiser quelles émotions nous avons envie de vivre dans cette situation, les images, les réactions que nous voulons voir et entendre en substitution.

En visualisant ce nouveau schéma, les émotions que nous choisissons, nous identifions un certain nombre de freins, afin de construire notre nouvelle manière d’être. Les 3 étapes clés pour maitriser ses émotions sont donc d’observer (les émotions et les besoins), d’accepter (extérioriser) et d’utiliser (réexpérimenter). Un stage en libération des émotions et plus généralement un accompagnement par un coach en intelligence émotionnelle aident à effectuer ce travail de révélation de notre être profond.